0 8 /02/2011 Le petit Kirghiz Au Charbon... Ca broie du noir!

Pour commencer, le commencement...
Comme tous le savent, cet automne (2010) on a emené nos fidèles montures dans leurs pâturages d'hiver. Le but étant d'économiser du foin, vendu a prix d'or ces dernières années.
Les trois dadas qu'on avait laissés ici pour les éventuels clients les WE n'ayant servi a rien (sic) sinon consommer un précieux foin, il fallait les amener rejoindre leurs collègues.
Profitant du camion avec lequel on (Tolik et moi) projetaient de transporter du charbon (en passant par la vallée qui mène a nos pâturages), nous voila partis. Explication: dans la vallée de Jumgal, perchée dans la montagne a 35km du lac Son Koul, se trouve la mine de charbon de Kara-Keche. Notre voyage a pour but de ramener du charbon pour nos foyers et aussi de reconaissance pour monter un éventuel business (histoire a suivre...).
Ci-bas toute l'aventure en images!

On a comencé pas mal: On a essayé d'amener les dadas a Tokmok (ville d'ou part le camion, a 25 km de la maison). Dans un esprit de logique on s'est dit que le mieux est d'amener ces messieurs dans notre Ouazik jusqu'a la ville, et ensuite de les charger dans le "gros" camion pour le reste du trajet. Le chargement s'est deroulé sans encombres, et nous voila partis. Mais on a fait une erreur majeure... comme on peut le voir sur la photo le cheval de gauche (Indien) serre ses collègues vers la droite, suite a sa peur du vide et de ce qui se passe juste a côté de lui... Les problèmes ne se sont pas fait attendre, le dada de droite (Hadj) se laissa pousser plusieurs fois, provoquant des dérrapages dangereux dans la caisse. Vu la hauteur des côtés j'avais serieusement peur qu'un d'entre eux ne passe par dessus, d'ou la sangle au dessus. Le parcours devait durer qu'une demi heure et sur terrain plat, donc a priori sans soucis...

Ce qui devait arriver arriva, Hadj ne supportant plus la pression d'Indien (le pauvre Ak-Tano retenais sa respiration au milieu) a passé un posterieur en dehors de la caisse. Réaction immédiate de Tolik, il a pilé.
La route est serieusement ennéigée et il a plu récement par dessus, ce qui n'aide pas du tout a l'adhérence. Le Ouazik avec les dadas fait pres de 4t, moi derrière en Delica 1,8t. Malgré un espacement de 30m ma distance de freinage est nettement insuffisante en cas d'arrèt brutal, resultat: BOUM... je suis rentré dans mon propre véhicule... situation assez ironique si il avait fallu faire un constat...
Resultat des courses: on a descendu les chevaux immédiatement et apelé le camion pour qu'il les prenne depuis l'écurie.
Suite au choc le radiateur du Delica est percé a cause d'une barre de protection pliée (merci le parre buffle qui a sauvé le reste) et la voiture est donc immobilisée a la maison. Heureusement le choc n'a pas été assez fort pour déclencher l'airbag. Le plus vexant c'est que le Ouazik n'a même pas une égratignure... le Delica est déja réparé, dégats mineurs, plastiques et cie.
On ne pouvait pas rêver mieux pour un départ!
Heureusement les chevaux n'ont rien de grave, seulement quelques égratignures.


Le Ouazik a 500m de l'écurie, je suis rentré dedans 1km plus loin...


Ces messieurs dans leur gros camion, un peu plus rassurant côté bords. Toute cette histoire nous a menés a la nuit.



Je leur avais mis des tapis spécialement pour empècher le frottement de la sangle dans le Ouazik, ils sont restés tout le voyage au cas ou.


Nous voila arrivés a 4h du mat (8h de route) dans le village de Kizart, camp de base avant d'aller le lendemain a la ferme par leurs propres moyens.
Conclusion? leçon retenue! la prochaine fois on essaie pas de "faciliter" les choses et on y va directement avec les gros moyens!


Vu qu'on était pas trop loin on a décidé d'aller voir comment se portent les autres dadas et la ferme. On a donc pris la tuture a Tolik et c'est parti!
Pas de commentaires pour les photos qui suivent!
 
 

 

 


Le père d'un de nos employés élève des lapins en liberté, et aparement ça leur plait!

 


Le but du voyage était quand-même de ramener du charbon! étape suivante, la mine.

 La vallée de Jumgal, longue de plus de 100km.

 
La route vers la mine devient assez mauvaise dès qu'on quitte la route principale (tôle ondulée).

Un des gisements de la mine, il y en a trois, tous de qualité differente.

 

 Le gisement est assez impresionnant! il y a du charbon partout, on marche dessus, on en respire, mange...

Il a fallu qu'on attende notre tour quelques heures avant de pouvoir ètre chargés. La pelleteuse prend 5t par pelletée...

 

Et nous voila repartis vers la maison! ici l'entrée dans la vallée de Boom avec la lever de soleil.

 
Déchargement une fois arrivés chez Tolik. Il est plus facile de vendre en ville qu'au village. On a reussi a vendre 6t en 4 jours, ça a remboursé les 2,5t gardées pour usage personnel et les frais de voyage.

Quelques photos sympa!


 

Y se cachent même plus!...

 Ben quoi?! au moins le trou est signalé...! c'est un carrefour branché...

La réparation du Delica: un palan, un peu de patience, un tronc d'arbre et le tour est joué!


 

"L'expérience est une bougie qui n'éclaire que celui qui la porte."

Confucius

Vie
Futur Espoir Nature Fatalité Sérénité

Retour a la page principale.